LE JEUNE ESTANCELIN

Député de la Seine-Inférieur

par Gill

001

L'ECLIPSE 17 Juillet 1869.

____

ESTANCELIN LE REVENANT__

Le jeune Estancelin est fini, aboli, abrogé. I n'y en a plus, comme on dit au restaurant. On a servi le dernier en 1849.

Maintenant,  ô délices! C'est d'Estancelin, le revenant, que nous jouissons sans relâche.

M. Estancelin est un revenant. Le mot est historique depuis quinze jours.

M. Estancelin est un revenant, parcequ'il fallait bien nous mettre au goût du jour. Or, le spectre est a la mode à présent.

C'est à se croire chez Robin.

On nous en fait voir de toutes les couleurs. Un véritable spectre solaire ! Le mariage lui-même, cette base (de caoutchouc) de la société, est devenu, pour le célibat irréconciliable, un horrible épouvantail, sous le nom de spectre jaune.

Monsieur Estancelin, de retour à la Chambre, a saisi la balle au bond, et, comme le père d'Hamlet, quand on lui a demandé sa profession, il a répondu: revenant.

Les revenants et les spectres sont frères.

Donc, le jeune Estancelin, l'interrupteur égayant d'autrefois, est un revenant grave en 1869.

Le jeune Estancelin est mort, vive Estancelin le revenant ! Soit. Mais je demande à l'interpeller.

"Revenant, qu'as tu fait de ton fidèle ami des jours passés? Qu'as-tu fait de ce fameux animal engraissé par tes mains, et qui fut jadis honoré de primes séduisantes? Saint-Antoine de la plantureuse Neustrie, qu'as tu fait de ton cochon ?"

Le sort de ce porc célèbre m'intéresse. Hélas! je crains de trop bien deviner le triste dénouement de cette histoire. Tout cela, célébrité, soins, honneurs, tout cela a dû finir en aune de boudin !

Ingrate humanité !

Si M. Estancelin a perdu son "jeune élève," il faut avouer, à la face du ciel et de la terre, que ses admirables cheveux, plus blonds que le lin, ne l'ont pas quitté. Bons cheveux!

Non ! ils sont toujours, épais et longs, à la place que le Créateur leur assigna sur le crâne du législateur normand ! Le rouleau onduleux que la main de la Nature leur a donné, encadre toujours la face pleine de santé du député des pommes.

Estancelin-le-revenant n'a pas que les cheveux de Samson; il en a la force.

Sa carrure athlétique, sa solidité, ses larges épaules, humilient les rocs depuis vingt-ans.

J'ai fait tout à l'heure une petite réclame à Samson. Je ne la retire pas. Mais j'ajouterai qu'on peut trouver aussi plus d'un rapport entre Antée, le géant, et Estancelin-le-Revenant.

Tous deux, ces fils de la terre, ils ont trouvé dans un contact incessant avec leur auguste nourrice, une vitalité inextinguible, et cette vigueur que les Turcs seraient bien aises de posséder autrement qu'en proverbe.

Estancelin-le-revenant est donc, à quarante-six ans, un rude monsieur, taillé dans le bloc, et qui, de loin, quand onne le connaît pas, semble toujours prêt à tomber quelqu'un ou quelque chose.

Qu'on se rassure. M.Estancelin ne se sert jamais de son ultima radio. Chez lui les armes - (naturelles) - le cèdent à la toge, comme dit le proverbe latin.

Estancelin-le-revenant sait parler. Vous le savez mieux que moi.

En l'absence du regretté Glais-Bizoin, il excelle dans l'art d'interrompre. Dans le gravier des lentes discussions il sème les paillettes d'or de l'esprit français.

Par ces temps chauds, cela réveille et ranime.

Signe particulier: Estancelin-le-revenant, a fait subir une légère transformation à son linceul. Il a fait tailler dans la blanche étoffe de beaux pantalons, qu'il arbore à la Chambre avec bonheur !

Parfois, il plonge dans les poches de ce vêtement ses mains puissantes, et, debout, la moustache raide, il promène sur l'assemblée, dont les couteaux de bois font un infernal vacarme, un regard tranquille, mais railleur.

Les cris et les demandes de clôture glissent sur lui sans l'affecter.

L'ancien chef de bataillon de la garde nationale n'est-il pas d'ailleurs un revenant ? Que peuvent sur lui les bruits vains de la terre, condensée au Corps législatif ? Rien.

LE COUSIN JACQUES.

Note biographique, puisée au sein du volumineux Vapereau: Le 25 février 1848, M. Estancelin offrit un asile à la duchesse de Montpensier. Il l'aida ensuite à sortir de France.

L.C.J.