01 août 2009

POUR LE SOUVENIR DE L'AMIRAL CLAUDE BURIN DES ROZIERS

POUR LE SOUVENIR

D'UN PERSONNAGE CELEBRE

DE NOTRE VILLAGE

LE VICE-AMIRAL

CLAUDE BURIN DES ROZIERS

img332

Vice-Amiral Claude BURIN des ROZIERS.

(collection:André BURIN des ROZIERS)

L'APPEL DU LARGE

J'ai partagé la chambre et vécu dans l'intimité de mon frère Claude, mon aîner de près de quatre ans, depuis notre plus tendre enfance jusqu'au jour où, reçu à l'Ecole navale, il largua les amarres. Aux temps enfantin des rêves, il voulait être explorateur. Dès l'âge de raison, il décida qu'il serait marin. Depuis lors, il ne cessa plus d'entendre l'appel du large.

Etienne BURIN des ROZIERS.

img410

Baromesnil (S-Inf) - Le Château (façade Est).

(collection Vve BREUQUE, a BAROMESNIL - Santos op à EU.)

Château de Mme de CLERCY  - Général Charles-Louis ESTANCELIN (1823 1906) Maire de la commune de BAROMESNIL pendant vingt-neuf ans et Député de l'Arrondissement de DIEPPE.

(collection: DUCAPHIL)

img321

Commandant de la "Jeanne d'Arc"

juillet 1955 - juillet 1957.

(collection: André BURIN des ROZIERS)

img411

Baromesnil (S-Inf) - Château.

Santos opérateur à EU

(collection: DUCAPHIL)

Propriété du Vice-Amiral Claude BURIN des ROZIERS, aujourd'hui propriété de Mr André BURIN des ROZIERS.

 

img412

img338

Londres sept 1940 - sept 1941.

Commandant Claude BURIN des ROZIERS.

(collection: André BURIN des ROZIERS)

AMIRAL LA HAYE

Président de l'Association

des

FRANCAIS LIBRES.

Arrivé en juillet 1940 à Londres, il effectue un court séjour à l'état-major des F.N.F.L. où il exerce les fonctions d'Officier de liaison auprès de l'Amirauté Britannique.

C'est là que je le retrouve en 1941 alors que, les hasards des affectations aidant, nous ne nous étions plus rencontrés depuis notre séjour en commun à l'Ecole Navale en 1930-1931.

Dés 1941, il réussit à reprendre la mer. Commandant de l'Aviso "COMMANDANT DOMINE" à partir d'octobre 1941, il participa à l'escorte de nombreux convois dans l'océan Atlantique, l'océan Indien, la Mediterranée orientale et aux opérations de soutien des Armées Alliées en Cyrénaîque et en Lybie. C'est dans ce commandement qu'il se distingue tout particulièrement le 14 février 1941 en coulant un sous-marin ennemi devant Aden.

Promu Capitaine de Corvette le 1er juillet 1942 il quitte son commandement en avril 1943 et en octobre de la même année, après une courte affectation auprès de l'Amiral AUBOYNEAU alors Chef d'Etat-Major Général Adjoint de la Marine, il part aux Etats-Unis prendre le commandement du destroyer le "TUNISIEN". Après de nombreuses escortes de convois en Atlantique, il participera avec le destroyer au débarquement de Provence en août 1944.

Ces éminents services de guerre lui valurent quatre citations particulièrement élogieuses et la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur.

Tel fut le rôle joué par le Lieutenant de Vaisseau puis Capitaine de Corvette BURIN des ROZIERS dans les rangs de la FRANCE LIBRE.

Certes nous ne ne pouvons oublier le rôle particulièrement important que joua ultérieurement au sein de la Marine celui qui, après avoir commandé le Contre-Torpilleur "HOCHE", le Croiseur Ecole d'application la " JEANNE D'ARC", la 3e Flotille d'Escorteurs rapides, après avoir exercé, les fonctions de Préfet Maritime de la 1re Région Militaire puis de Président de la Commission Permanente des Essais des bâtiments de la Flotte, terminera sa mission au service de la Marine dans les hautes et délicates fonctions de Conseiller Militaire Français auprès de l'organisation du traité de l'Asie du Sud-Est et de Commandant en Chef de l'Océan Idien.

Il n'en demeure pas moins que ce qui marque le plus cette carrière exceptionnellement brillante est bien le sens du devoir et de l'honneur de l'Amiral BURIN des ROZIERS.

AMIRAL LA HAYE.

LE TUNISIEN

Claude BURIN des ROZIERS fut Commandant du "TUNISIEN" pendant dix-huit mois, de la fin de l'année 1943 jusqu'en avril 1945.

Le "TUNISIEN"était un destroyer d'attaque dont les Etats-Unis construisirent une longue série. Plusieurs furent remis à la Marine Française.

img509

img281

DESTROYER D'ESCORTE "TUNISIEN" Toulon 1950.

Lancer le 17.12.1943, 1 300 tonnes vitesse 19 N.

img510

Une découverte sur le "TUNISIEN"  dans le tract L'AMERIQUE EN GUERRE du 29 Décembre 1943 N°82.

(collection: DUCAPHIL)

vignettetunisien_escorteur1015

insigne du D.E. TUNISIEN

img002__1_

DESTROYER D'ESCORTE "TUNISIEN" en rade de Toulon en 1946 sur lequel a navigué le matelot secrétaire COUDERT Pierre sous les ordres du Capitaine de Corvette ROUAN.

(collection: Pierre COUDERT)

img088

Capitaine de Corvette ROUAN

Les Cyclades Fin 1945 

(collection: Pierre COUDERT)

img089

Le Capitaine de Corvette ROUAN a succédé au Capitaine BURIN des ROZIERS au commandement du "TUNISIEN".

(collection: Pierre COUDERT)

img004

Décoration du matelot secrétaire Pierre COUDERT.

MADAGASCAR - DIEGO-SUAREZ 1947

Remise de décoration Croix de Guerre des T.O.E au matelot Pierre COUDERT par le C.C. LAFFORGUE Cdt du D.E. TUNISIEN on aperçoit à gauche le L.V. LIEBIG Cdt en second.

Matelot Pierre COUDERT embarqué le 21 septembre 1946 en qualité de secrétaire du Capitaine de Corvette ROUAN alors Cdt de l'unité, a participé aux opérations à terre de la section de débarquement, lors des évènements de Madagascar. J'ai vécu en direct le drame de Nosy-Varika le 27 juin 1947, j'ai quitté le "TUNISIEN" en décembre 1948.

img096

Matelot Secrétaire Pierre COUDERT.

200420110CC121

img091

img092

img093

img006

Photos prises dans la brousse lors des opérations à terre, FANANDRANA.

img094

img095

Le "DUGUAY-TROUIN" en rade foraine à TAMATAVE.

200420110CC104

Le D.E. TUNISIEN croise au large du Stromboli, photo prise en décembre 1946 du "DUGUAY-TROUIN" qui avait à son bord des Elèves de Navale.

(collection: Pierre COUDERT)

img505

 

DESTROYER D'ESCORTE - SENEGALAIS - Toulon 1950.

Lancer le 11.11.1943, 1.300 tonnes vitesse 19 N.

img503

DESTROYER D'ESCORTE  - ALGERIEN - Toulon 1950.

Lancer le 28.11.1943, 1 300 tonnes vitesse 19 N.

----------------------------------------------------------

img395

(collection: André BURIN des ROZIERS)

Nous relatons ci-dessous la vie de ce bâtiment à travers des extraits du "Petit Radar". Le "Petit Radar" était le journal de l'équipage du "TUNISIEN" tiré à dix-huit exemplaires chaque semaine dans le but d'apporter à bord la bonne humeur et d'écrire de mars 1944 à février 1945 l'histoire du bateau.

Bien évidemment, il ne s'agit pas d'un document officiel. Il permet toutefois de suivre avec une certaine précision les évènements que le "TUNISIEN", son équipage et son commandant ont vécu à cette époque.

Claude BURIN des ROZIERS fut désigné comme commandant du "TUNISIEN" à l'automne 1943. Le premier noyau de l'équipage est arrivé aux Etats-Unis en décembre 1943 à bord d'un paquebot anglais.

img398

Baptême du "TUNISIEN" - Norfolk, septembre 1943.

(collection: André BURIN des ROZIERS)

Le bâtiment fut construit à NORFOLK. Le vendredi 11 février 1944 le "TUNISIEN" fut remis officiellement à la Marine Française.

Le "TUNISIEN" suivit alors le même entraînement que les autres bâtiments alliés aux Bermudes. Cet entraînement intensif comportait des exercices à la mer de manoeuvre, de transmission, de canon, de grenadage, d'arraisonnement de bateaux... Ce furent les premiers postes de combat du bateau.

Dans un article du "Petit Radar" nous lisons ces lignes qui traduisent l'état d'esprit des marins de la France Libre: "Pour l'instant contentons-nous de préparer notre bateau à l'action qu'il doit accomplir demain. N'oublions pas que les mers sont parcemées de sous-marins ennemis. N'oublions pas qu'il y a encore des lauriers à cueillir pour ceux des ex-FNFL non pas pour la fierté que nous pourrons en tirer simplement parce que chaque ennemi coulé ou abattu est un pas de plus vers la libération de notre sol natal".

img343

Le commandant sur la passerelle du "TUNISIEN"

(collection: André BURIN des ROZIERS)

En avril 1944 après une dernière escale et permission à New-York le "TUNISIEN" quitte les Etats-Unis et participe à un convoi à travers l'Atlantique et la Méditerranée de New-York à Tunis. A son départ, le bateau est bourré de matériels de rechange et de consommables qui seront précieux en A.F.N.

Le commandant, à l'heure de ce départ adresse ses voeux à l'équipage: "Le "TUNISIEN" n'a qu'un but, rétablir la France dans sa dignité et sa grandeur. Hors de celà, tout n'est qu'une folie. Le "TUNISIEN", de par lui-même, signifie la victoire. Fort de son idéal, fort de son droit, fort de sa volonté de vaincre il sait que la devise qu'il s'est choisie dans sa foi dans la croix de Lorraine ne lui fera pas défaut:

in Hoc Signo Vinces.

Au cours de ce premier convoi le "TUNISIEN" connaît ses premières alertes réelles. Fin avril, plusieurs grenadages sont ffectués sur ce qui apparaîtra être un "faux écho".

Mai 1944 est l'occasion de rappeler que Jeanne d'Arc la guerrière à la croix de Lorraine est patronne des FNFL et du "TUNISIEN".

En mai le "TUNISIEN" fait escale à Carthage près de Tunis. Le Bey de tunis remet au commandant du "TUNISIEN" la cravate de commandeur du grand Nichour Annaouite. Le bateau se rend ensuite à Alger. A la fin du mois, le Général de GAULLE, chef du gouvernement provisoire de la République Française visite officiellement le "TUNISIEN".

img413

Je retrouve le BEY de TUNIS a droite dans mes GROUPES LOURDS GUYENNE et TUNISIE décorant le Commandant HOQUETIS du groupe 1/25 TUNISIE.

(source: NUIT DE FEU SUR L'ALLEMAGNE Auteur: Louis BOURGAIN)

A Alger, un membre de l'équipage est victime d'un accident de la circulation. Cet évènement est douloureusement ressenti et au cours de la cérémonie funèbre le Commandant BURIN des ROZIERS prononce ces mots: " La mort de notre camarade nous rapproche les uns les autres et nous communions dans une même pensée, dans un seul espoir, celui de mourir si celà doit arriver, à bord de notre bateau à notre poste de combat, l'arme à la main. Mourir pour la Patrie est le sort le plus beau, le plus digne envie. quelle joie pour nos familles, si nous venons à mourir, de lire sur notre tombe " Mort au Champ d'Honneur".

Le "TUNISIEN" participe ensuite à plusieurs convois entre l'Afrique du Nord et la Corse. Fin mai un des rédacteurs du journal écrit: "Nous avons eu la joie, pour la première fois depuis plus de quatre ans de fouler à nouveau le sol Français".

En mer, dans la nuit du 2 au 3 juin, le loch indique que depuis son départ des Etats-Unis le "TUNISIEN" a parcouru 10.000 milles.

Au cours d'un convoi une attaque est menée sur un sous-marin possible détecté par un avion.

L'équipage suis avec émotion, mais aussi avec la tristesse d'être amarré à Alger, le débarquement allié en Normandie.

Une autre nouvelle émeut profondément le bord: la mort d'une des plus belle figures des FNFL: le Commandant Amyot d'Inville, commandant un régiment de fusilliers marins qui saute sur une mine. Après la guerre un bâtiment  portera son nom. Le Commandant du "TUNISIEN" écrit alors " Le ciel a peur être estimé que la mission de cette âme d'élite était terminée sur cette terre. Elle avait mené à bien la tâche qu'il lui avait confiée".

img401

Le "TUNISIEN" aux Bermudes (mars 1944)

(collection: André BURIN des ROZIERS)

http://www.alabordache.fr/

En juillet 1944, l'équipage participe à une souscription effectuée au profit de la Résistance Française. 120.000 F sont collectés (dont 6.000 F offerts par Claude BURIN des ROZIERS) et un chèque de ce montant est adressé à Monsieur Jacquinot, Commissaire Nationale de la Marine.

img400

C.C. BURIN des ROZIERS à TUNIS (avril 1944)

Mr JACQUINOT, Commissaire National de la Marine.

(collection: André BURIN des ROZIERS)

Toute la flotte française participe au débarquement allié d'août 1944 sur la côte d'azur. Les premiers débarquements ont lieu à Saint-Tropez, Sainte-Maxime et Saint-Raphaêl. Le "TUNISIEN" a pour sa part escorté un convoi vers Saint-Tropez.

"Nous avons revu la France": tel est le titre de l'éditorial du "Petit Radar" qui suit ce débarquement.

Le "TUNISIEN" participe ensuite à de nombreuses escortes entre Marseille, Toulon, l'Italie. On imagine l'état d'esprit de l'équipage devant le spectacle de la flotte française sabordée en rade de Toulon où le "TUNISIEN" arrive pour la première fois fin septembre 1944.

Ces premières escales en France sont aussi l'occasion des premières permissions et des premières visites aux familles.

Le " TUNISIEN" subit un petit carénage à Alger puis reprend la mer. Il est en mer pour Noêl 1944 le sixième Noêl de guerre. Une collecte parmi l'équipage a permis d'acheter 1000 kg d'oranges pour les enfants de France. Les oranges seront distribuées aux enfants du premier port français où le "TUNISIEN" fera escale (ce sera Marseille). Une quantité de lettres de remerciements, gentilles, touchantes et naîves ont été écrites au "TUNISIEN".

Février 1945: il y a un an que le "TUNISIEN" est un bâtiment français. Le "Petit Radar" arrête sa publication et nos informations cessent avec sa disparition. Le Commandant écrit dans le dernier numéro: "Le "TUNISIEN" dès son commissionnement a été considéré comme un bâtiment frondeur, courageux dans ses actes et ses pensées comme d"Artagnan et sensible comme Cyrano".

En avril 1945, Claude BURIN des ROZIERS est affecté à l'Etat Major Général de la Marine à Paris.

Auteur du récit.

Monsieur André BURIN des ROZIERS.

http://www.alabordache.fr/marine/espacemarine/photo/image/tunisien-escorteur

 ---------------------------------------------------------------------

Pour le souvenir de l'Amiral Claude BURIN des ROZIERS

un très beau récit

de

Robert FERRIEUX:

Enseigne de Vaisseau de première classe, deux galons.

 

Aide de Camp à Malte

de

l'Amiral Claude BURIN des ROZIERS

de mai 1958 a mai 1959

au Q.G. de l'O.T.A.N.

img396

Enseigne de vaisseau Robert FERRIEUX.(1959)

(collection: Robert FERRIEUX)

- Robert FERRIEUX: EORIC - (Élève officier de réserve interprète et du chiffre) à fait ses classes sur le Richelieu en rade de Brest. Embarqué sur le Vauquelin à Toulon, transféré sur le Surcouf pour une durée de six mois. Nommé aspirant au Q.G. de Malte comme Adc (Aide de camp) de l'Amiral Claude BURIN des ROZIERS pour un an. A travaillé un an au Ministère de la Marine rue Royale au service du renseignement, a quitté la Marine comme enseigne de vaisseau de première classe, avec deux galons.

 Aide de camp

à Malte

Mai 1958 - mai 1959 au Q.G. de l'O.T.A.N.

Protocole

 

img146

img405

La demeure de l'Amiral dans l'île de Malte.

(collection: Robert FERRIEUX)

img147

img148

"Pudeurs"

img149

img150

img151

"Affaires culturelles"

img144

img145

img395

L'Amiral Claude Burin des Roziers dans son bureau à Malte en 1959.

(collection: Robert FERRIEUX)

 "Mes respects, Amiral"

img152

img159

img160

img157

"Escapades"

img158

img406

Enseigne de Vaisseau Robert FERRIEUX aide de camp de l'Amiral Burin des Roziers.

(collection: Robert FERRIEUX)

img161

img408

Aéroport de LUQA (Malte) l'avion américain avec ses illustres passagers, de dos l'Amiral Claude Burin des Roziers, et son aide de camp l'enseigne de vaisseau Robert FERRIEUX.

(collection: Robert FERRIEUX)

img162

Malte_2

L'Amiral Claude Burin des Roziers accueillant les visiteurs sur l'aéroport de LUQA (Malte)

(collection: Robert FERRIEUX)

img163

05_hms_eagle

H.M.S. Eagle.

http://www.maritimequest.com/warshil_directory/great_britain/pages/aircraft_carriers/hms_eagle_r05.htm

img164

 "Mon Amiral"

img165

img167

img401

Enseigne de Vaisseau Robert FERRIEUX, Premier Maître Adrien EUSTACHE (Sébastien dans le récit)

(collection: Robert FERRIEUX)

img168

"Etoiles"

img169

img170

img171

img173

"Cosmic"

img174

img175

img176

"Marines"

img177

img178

img180

img181

"Hivernales"

img182

img183

img184

img185

"Adieux"

img186

(Source: Mr Robert FERRIEUX)

Posté par DUCAPHIL à 14:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]